FEP AXE 4 Pays Bassin d'Arcachon - val de l'Eyre Pays Bassin d'Arcachon - Val de l'Eyre
      Pêche et ostréiculture
 
 

 

DLAL Télécharger la plaquette

Télécharger la lettre d'information n°11

 

Suivez également l'actualité du DLAL :

 

 

Amélioration des conditions de travail au sein de l'ESAT ArcaBaie

 

Axe 3 Agir sur les formations, sensibiliser aux métiers et renforcer la cohésion territoriale
Action 3.3 Renforcer les échanges entre les acteurs du territoire
Bénéficiaire Association Navicule Bleue
Budget 145 496€ TTC (58 198€ FEAMP, 58 198€ Région, 29 100€ association)

Description

Arca-Baie est un établissement de service d'aide par le travail en milieu maritime, créé en juillet 2015 et rattaché à la Navicule Bleue. Arca-Baie accueille 18 travailleurs, soit 15 ETP, qui sont des personnes en situation de handicap, issues des gens de mer ou de la conchyliculture et toute personne souhaitant, du fait de la maladie ou d'un handicap, rebondir dans une nouvelle vie liée à la mer, tout en restant à terre. Ils sont encadrés par 2 permanentes sur site et ½ ETP pour le suivi administratif.

L'établissement dispose d'une cabane sur le port du Canal. Le bâtiment était auparavant dédié à l'usage de l'Organisation de Producteurs Arca Huîtres, fermée depuis, laissant la cabane à l'abandon pendant plus de 7 ans, entraînant une dégradation naturelle, aggravée par des submersions marines répétées et des dégâts liés à une absence d'entretien des locaux.

Arca-Baie répond actuellement à certains besoins de sous-traitance dans les activités ostréicoles (desatroquage, réparation de poches, de collecteurs tubes, ....). Une quinzaine d'entreprises ostréicoles fait aujourd'hui appel à ses services. Selon la technicité et la nécessité des machines nécessaires, ces opérations peuvent être réalisées dans les cabanes des ostréiculteurs ou sur le site d'Arca-Baie. Dans le second cas, les ostréiculteurs déposent leurs produits non-triés et sales en mannes et reviennent les chercher quand ils ont été traités par les travailleurs.

L'objectif du projet est d'améliorer les conditions de travail, par l'acquisition de machines adaptées aux différents types de travailleurs et le réaménagement de l'espace, afin de supprimer les ports de charges, d'augmenter la productivité de l'ESAT et des ostréiculteurs, et de répondre aux différentes demandes des ostréiculteurs, non satisfaites à ce jour.

L'ESAT souhaite tout d'abord se doter de 3 types de structures pour laver les huîtres et les trier, avant de les mettre en mannes pour les restituer aux professionnels : une machine avec trémie et tapis 3 voies pour les travailleurs les plus autonomes, une machine avec trémie et tapis 1 voie pour les travailleurs un peu moins autonomes, et trois tables d'emballage, adaptée aux travailleurs ne pouvant exercer sur des machines automatiques, dont une réglable en hauteur pour des personnes en fauteuil, ainsi que pour d'autres types de prestation, comme la préparation des peaux de poissons, réalisée pour l'entreprise FEMER, par exemple.

Pour accueillir ces machines, une chape doit être réalisée à l'extérieur du bâtiment, et une ouverture doit être ménagée dans le mur pour faire passer les tapis. Le courant en triphasé, et le tableau électrique correspondant, doivent également être installés pour alimenter ces machines. Des pompes doivent aussi être achetées afin d'alimenter les trémies pour laver les huîtres. Elles pourront également servir au nettoyage des 3 bassins extérieurs les plus proches, afin d'y stocker les huîtres, en attente de tri ou de reprise, dans de bonnes conditions. Une troisième pompe est nécessaire pour disposer d'une eau de mer propre dans tous les bassins (9 au total), ce qui permettra de disposer d'une capacité de stockage supérieure et de diviser le nombre de postes de travail.
L'ESAT souhaite également se doter d'une ensacheuse, pour mettre en poche après le lavage et le tri des huîtres, ainsi que d'une échaudeuse pour ébouillanter les huîtres et les débarrasser des moules.
Enfin, pour pouvoir couler facilement les huîtres dans les bassins, l'ESAT souhaite acquérir des mannes et des palettes avec arceaux, maniables avec le manitou. Ainsi, les mannes de 15kg, manipulées aujourd'hui à la main, pourront être travaillées avec un engin, dont dispose déjà l'ESAT. Des rallonges de pales sont également nécessaires pour pouvoir utiliser une grande surface de bassin, et pas seulement les bords. L'achat d'un transpalette dédié au travail dans les bassins, afin de réorganiser les palettes en fonction des arrivées et de reprises de marchandise, est également envisagé.

La modernisation des installations de l'ESAT et la mécanisation d'une partie de ses opérations, constitue l'un des critères pour que l'établissement puisse demander l'ouverture de postes supplémentaires auprès de l'ARS. D'autre part, en étant plus efficace, à la fois quantitativement, mais également qualitativement, l'ESAT pourra offrir ses services à un plus grand nombre d'ostréiculteurs. L'ESAT facture actuellement ses prestations à prix coutant, au kilo de produit rendu (sans compter les déchets liés au tri). La subvention permettrait de ne pas augmenter ses prix.

Avancement 

Projet en cours.

On en parle  
 
   
  Les partenaires du Fep Axe 4 Europe l'Europe s'engage Republique française Région Nouvelle Aquitaine CCPMEM 33 COBAS COBAN Val de l'Eyre Huître Arcachon Cap-Ferret

 

Europe MDDE Région Aquitaine Conseil général de la Gironde COBAS COBAN Val de l'Eyre Huître Arcachon Cap-Ferret